Camille Henrot: Le vers dans le fruit

, ,
Open: Tue-Sat 11am-7pm

5 rue du Pont de Lodi, 75006, Paris, France
Open: Tue-Sat 11am-7pm


Visit    

Camille Henrot: Le vers dans le fruit

Paris

Camille Henrot: Le vers dans le fruit
to Sat 28 May 2022
Tue-Sat 11am-7pm
Artist: Camille Henrot

version française ici

Kamel Mennour presents Camille Henrot’s solo exhibition ‘Le vers dans le fruit’ at 5 rue du Pont de Lodi, Paris 6. In her first exhibition at the gallery since 2017, Henrot premieres a series of paintings and bronzes, engaging with the conflicting experience of interior life, non-verbal and pre-lingual expression and the shapes of things before they exist.

kamel mennour Camille Henrot 1

kamel mennour Camille Henrot 2

kamel mennour Camille Henrot 3

kamel mennour Camille Henrot 4

With a series of paintings from the series ‘Soon’ (2022), first developed in drawings from 2018-2019, Henrot was inspired by sonogram imagery. Sonograms are images produced with sound frequency. Like a shape-shifting mysterious Rorscharch test, they reveal more about the person viewing them than they do about the forms themselves. They may trigger our desires, anxieties, fears or certain memories. Henrot’s water-soaked canvases imply that the viewer relies on their own capacity for interpretation. Considering Henrot’s long standing exploration of hybrid figures–neither human nor animal, male nor female– bodies in perpetual flux–it is no surprise that with ‘Soon’, Henrot turns to the form of the fetus, in all of its prelingual, predefined state of becoming.

With ‘Dos and Don’ts’ (2021-2022), Henrot collages text excerpts from books on etiquette or ‘savoir vivre.’ As an exterior manifestation of an internal voice, social codes and behaviors can be experienced as both benevolent and threatening in nature. On the one hand, etiquette books operate to facilitate lines of communication, guiding the translation of social codes from one group to another. The fact that they were originally published in book form by the upper class would suggest that their authors aimed to democratize this brand of non-verbal ‘know how.’ On the other hand, these soft orders deliver the anxiety of failure on a silver platter. They are very often soaked in a conservative prejudice, especially concerning gender and class. Some of the phrases– how to select the right wine, what to wear, how to pack one’s luggage for a weekend trip versus a longer vacation–were selected by Henrot for their comforting voice; as if they were suggestions given by a “good” parent. But just like our relationship with authority or parental figures, these words are much more complicated. We feel hopeful for the promise of acceptance and are simultaneously destined to disappoint. These unsaid, assumed demands exist from the beginning–we are born into them. They are the water we swim in.

Spread across the exhibition are five bronzes from the series ‘Je Coupe’ (2022). In various assemblages of cut apple slices, sections and knives, the works are titled successively Je Coupe 1, Je Coupe 2, Je Coupe 3, Je Coupe 4, Je Coupe 5. The sculptures refer to the concept of growth, the counting of numbers (Henrot recalls using apples to learn how to count at a young age), and also to the classic image of a still life. In their sliced state, the fruit reveals the seeds it contains. The presence of a knife next to the fruit would reasonably imply the destruction of its integrity, but it also suggests an act of care. One would typically only use a knife to cut an apple if it is going to be shared–otherwise it would be bitten. The apple–one of the most common, banal, but symbolically charged objects in Western society–is in this case dissected from its own classical representation and projected into the conditions imposed by the digital age: questions around visibility and transparency, fertility, proliferation and reproduction, growth and consumption.

In the back room of the gallery, a series of sun-exposed black felt curtains exhibit the basic process and meaning of photography: ‘to draw with light’. The curtains–which covered the windows of the artist’s former Paris home for 10 years–are transformed by UV light. Henrot’s exhibition, enveloped by the scenographic intervention of layers of torn wallpaper by architecture and design firm Charlap Hyman and Herrero, suggests the passage of time – the impression of a domestic space in transition. Rips upon rips reveal caricatures of cigarettes, sperm or sweat and asemic writing–an imitation of text without the smallest unit of meaning.

The title of the exhibition, ‘Le vers dans le fruit’–a play on the expression ‘Le ver est dans le fruit’, or ‘the worm in the apple’–refers to the beginning of a decline or something that is about to be corrupted. Le ‘vers’, in its stated spelling, refers to a verse or a phrase. What words do we hear when we are not yet born? What is our relationship with language when we are not yet able to speak?

Born in 1978 in Paris, CAMILLE HENROT lives and works between Berlin and New York City.

The practice of French artist Camille Henrot moves seamlessly between film, painting, drawing, bronze, sculpture and installation. Henrot draws upon references from literature, psychoanalysis, social media, cultural anthropology, self-help, and the banality of everyday life in order to question what it means to be both a private individual and a global subject in an increasingly connected and over-stimulated world.

A 2013 fellowship at the Smithsonian Institute resulted in her film Grosse Fatigue, for which she was awarded the Silver Lion at the 55th Venice Biennale. She elaborated ideas from Grosse Fatigue to conceive her acclaimed 2014 installation “The Pale Fox” at Chisenhale Gallery in London. The exhibit, which displayed the breadth of her diverse output, went on to travel to institutions including Kunsthal Charlottenburg, Copenhagen; Bétonsalon – Centre for art and research, Paris; Westfälischer Kunstverein, Münster, Germany; and Tokyo Opera City Art Gallery, Japan. In 2017, Henrot was given carte blanche at Palais de Tokyo in Paris, where she presented the major exhibition ‘Days Are Dogs’. She is the recipient of the 2014 Nam June Paik Award and the 2015 Edvard Munch Award, and has participated in the Lyon, Berlin, Sydney and Liverpool Biennials, among others.

Henrot has had numerous solo exhibitions worldwide, including the New Museum, New York; Schinkel Pavilion, Berlin; New Orleans Museum of Art; Fondazione Memmo, Rome; Tokyo Opera City Art Gallery, Japan, among others. Current and upcoming solo exhibitions include Middelheim Museum in Antwerp, Belgium (2022), Kunstverein Salzburg in Salzburg, Austria (2022) and Munch Museum in Oslo, Norway (2022).


Kamel Mennour a le plaisir de présenter la nouvelle exposition personnelle de Camille Henrot, « Le vers dans le fruit » au 5 rue du Pont de Lodi, Paris 6. Pour sa première exposition à la galerie depuis 2017, l’artiste dévoile une série de peintures et de bronzes traitant de l’expérience conflictuelle de la vie intérieure, de l’expression non verbale et pré-linguale et des formes des choses avant leur apparition.

Pour la série de peintures « Soon » (2022), d’abord développée en dessins en 2018-2019, Camille Henrot s’est inspirée de l’imagerie des sonogrammes. Il s’agit d’images produites à partir d’une fréquence sonore. Comme un mystérieux test de Rorschach métamorphe, elles révèlent plus de choses sur la personne qui les regarde que sur les formes elles-mêmes. Elles peuvent éveiller nos désirs, nos angoisses, nos peurs ou certains souvenirs. Les toiles imbibées d’eau impliquent que le spectateur se fie à sa propre capacité d’interprétation. Sachant que Camille Henrot explore depuis longtemps les figures hybrides — ni humaines, ni animales, ni masculines, ni féminines — des corps en perpétuel changement, il n’est pas surprenant qu’avec « Soon », elle s’intéresse à la forme fœtale, dans son état de développement pré-lingual et prédéterminé.

Avec « Dos and Don’ts » (2021-2022), l’artiste colle des extraits de livres sur l’étiquette ou le savoir-vivre. En tant que manifestation extérieure d’une voix intérieure, les codes et comportements sociaux peuvent être vécus comme étant à la fois bienveillants et menaçants par nature. D’une part, les livres sur les bonnes manières facilitent la communication, en orientant la compréhension des codes sociaux d’un groupe à l’autre. Le fait qu’ils aient été publiés à l’origine sous forme de livre par la bourgeoisie suggère que leurs auteurs cherchaient à démocratiser ce type de « savoir-faire » non verbal. D’autre part, ces consignes mettent la peur de l’échec sur un plateau d’argent. Elles sont très souvent imprégnées de préjugés conservateurs, notamment en ce qui concerne le genre et la classe sociale. Certaines de ces déclarations — comment choisir un bon vin, comment s’habiller, comment faire ses bagages pour un week- end versus pour des vacances — ont été choisies par l’artiste pour leur caractère réconfortant, comme s’il s’agissait de conseils donnés par un « bon » parent. Mais tout comme notre relation avec l’autorité ou les figures parentales, ces propos sont beaucoup plus complexes. La promesse de reconnaissance donne de l’espoir et en même temps voue à la déception. Ces exigences non dites et implicites existent depuis toujours : on naît dedans. Elles sont l’eau dans laquelle nous nageons.

L’exposition inclut cinq bronzes de la série « Je Coupe » (2022). Dans divers assemblages de lamelles de pommes et de couteaux, les œuvres sont intitulées successivement Je Coupe 1, Je Coupe 2, Je Coupe 3, Je Coupe 4, Je Coupe 5. Les sculptures font référence à la notion de croissance, à l’apprentissage des nombres (Henrot se souvient avoir utilisé des pommes pour apprendre à compter dans son enfance), mais aussi à la représentation traditionnelle de la nature morte. Dans leur découpe, les fruits révèlent les pépins qu’ils contiennent. La présence d’un couteau à côté du fruit implique vraisemblablement la destruction de son intégrité, mais suggère également un acte de délicatesse. En général, on utilise un couteau pour couper une pomme uniquement dans le but de la partager, sinon on la croque. La pomme — l’un des aliments les plus communs, les plus banals, mais aussi les plus symboliques de la société occidentale — est ici décortiquée et dissociée de sa représentation classique. Elle est soumise aux conditions imposées par l’ère numérique et questionne la visibilité et la transparence, la fertilité, la prolifération et la reproduction, la croissance et la consommation.

Dans la dernière salle de la galerie, une série de rideaux en feutre noir exposés au soleil illustre le processus élémentaire et l’essence de la photographie : « Dessiner avec la lumière ». Les rideaux, qui recouvraient les fenêtres de l’ancien appartement parisien de l’artiste pendant dix ans, ont été transformés par les rayons UV. L’exposition de Camille Henrot, avec ses couches de papier peint déchiré et la scénographie de Charlap Hyman & Herrero, suggère le passage du temps, l’impression d’un espace domestique en transition. Les déchirures révèlent des dessins de cigarettes, de gouttes de sperme ou de sueur et une écriture asémique, c’est-à-dire une imitation de texte sans la moindre signification.

Le titre de l’exposition, « Le vers dans le fruit » — un jeu de mots avec l’expression « Le ver est dans le fruit » — fait référence au début d’un déclin ou à quelque chose sur le point d’être corrompu. Le « vers », dans son orthographe courante, désigne un vers poétique ou une phrase. Quels mots entendons- nous lorsque nous ne sommes pas encore né·e·s ? Quel est notre rapport au langage lorsque nous ne sommes pas encore capables de parler ?

Née en 1978 à Paris, CAMILLE HENROT vit et travaille entre Berlin et New York.

La pratique de l’artiste française Camille Henrot évolue sans cesse entre le film, la peinture, le dessin, la sculpture et l’installation. Son travail s’appuie sur des références issues de la littérature, de la psychanalyse, des réseaux sociaux, de l’anthropologie culturelle, du développement personnel et de la banalité de la vie quotidienne afin d’interroger ce que signifie être à la fois un individu privé et un sujet global dans un monde de plus en plus connecté et surstimulé.

Une bourse de 2013 au Smithsonian Institute lui a permis de réaliser son film Grosse Fatigue, pour lequel elle a reçu le Lion d’argent à la 55e Biennale de Venise. Poursuivant les thèmes abordés dans Grosse Fatigue, son installation acclamée The Pale Fox est présentée en 2014 à la Chisenhale Gallery de Londres. L’exposition, qui a montré la grande diversité de sa production, a ensuite été présentée dans des institutions telles que la Kunsthal Charlottenborg, à Copenhague, Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, à Paris, le Westfälischer Kunstverein, à Münster, en Allemagne, et la Tokyo Opera City Art Gallery, au Japon. En 2017, Camille Henrot a reçu carte blanche au Palais de Tokyo à Paris, où elle a présenté la grande exposition « Days Are Dogs ». Elle est lauréate du prix Nam June Paik en 2014 et du prix Edvard Munch en 2015, et a participé entre autres, aux Biennales de Lyon, Berlin, Sydney et Liverpool.

Exhibition views «Camille Henrot, Le vers dans le fruit», scenography: Charlap Hyman & Herrero, kamel mennour (5 rue du Pont de Lodi), Paris, 2022 © Camille Henrot, Adagp, Paris, 2022. 
Photo. archives kamel mennour. Courtesy the artist and kamel mennour


more to explore:

 
 

By using GalleriesNow.net you agree to our use of cookies to enhance your experience. Close