Les Ritals

, ,
Open: Tue-Sat 11am-7pm

87 rue du Temple, 75003, Paris, France
Open: Tue-Sat 11am-7pm


Visit    

Les Ritals

Paris

Les Ritals
to Sat 12 Feb 2022
Tue-Sat 11am-7pm

click for Press Release in French

Filippo Tommaso Marinetti, Lucio Fontana, Armando Testa, Carla Accardi, Piero Manzoni, Michelangelo Pistoletto, Maurizio Cattelan

With the valuable collaboration of : Cittadellarte – Fondazione Pistoletto: Michelangelo Pistoletto, Fondazione Piero Manzoni, Hauser & Wirth: Piero Manzoni, Perrotin: Maurizio Cattelan, Testa per Testa: Armando Testa, Tornabuoni Arte: Carla Accardi and Lucio Fontana

Galleria Continua presents the third part of a series of exhibitions dedicated to the countries in which the gallery has settled. After France with “À Bras Ouverts” and Cuba with “La Brèche”, Italy is brought to light with “Les Ritals”.

Galleria Continua Paris Les Ritals 1

Galleria Continua Paris Les Ritals 2

Galleria Continua Paris Les Ritals 3

Galleria Continua Paris Les Ritals 4

Galleria Continua Paris Les Ritals 5

Galleria Continua Paris Les Ritals 6

Galleria Continua Paris Les Ritals 7

Galleria Continua Paris Les Ritals 8

Artworks by Filippo Tommaso Marinetti, Lucio Fontana, Armando Testa, Carla Accardi, Piero Manzoni, Michelangelo Pistoletto and Maurizio Cattelan are brought together in the new space located in the heart of Paris.

The slang term “Ritals” — a reference to the different waves of Italian immigration in France in the 20th century and its negative connotation — refers to the common origins of the artists presented in the exhibition. But beyond this obvious link and the dialogue between different generations, the term also hints at the problems of acceptance and rejection. Misunderstanding, repulsion, scandal… The reception of the works of these precursors did not proceed smoothly at any time. The division generated by novelty impressed but also fueled inspiration, admiration and even encouraged the meeting of these seven artists. It has also opened new paths for their successors.
The history of the “Ritals” of the Galleria Continua begins at the dawn of the 20th century with Filippo Tommaso Marinetti (1876-1944). On February 20, 1909, Le Figaro published his Manifesto of Futurism, the founding text of the avant-garde literary and artistic movement of the twentieth century. The artist presented an eleven-point program that detailed the main principles of Futurism: erasing the past, speed, progress, destruction of museums and libraries, beauty of the modern world and of machines. This manifesto has become one of the fundamental sources of modernity.

The impact of visual quests which followed this modernity, as well as the idea of transmission and knowledge has been evoked by Michelangelo Pistoletto (b. in 1933). He attended the advertising school of Armando Testa (1917-1992) and treasured his advice: “To advertise you must know everything about modern art”.

“Les Ritals” presents several works by the artist, including the famous Uno e Mezzo (1960-2020). This work is representative of Testa’s taste for synthesis, which he resumed in this quotation: “The word ‘synthesis’ for me is a law: whether I am painting, writing or speaking. I will never tire of quoting Mies Van der Rohe’s celebrated phrase: “Less is more”.”

A work by Lucio Fontana (1899-1968) also influenced Michelangelo Pistoletto’s artistic journey. The work was presented during “Mostra in vetrina” (Showcase exhibition) in Turin. It was one of his “cut” canvases, from the Concetto Spaziale (Spatial Concept) series. Through this series, Lucio Fontana renewed the traditional method of realizing a painting. The surface of the canvas is no longer used to add color, but to subtract, by perforating, by tearing, or, later, by slashing. The artist blurred the limit between the second and the third dimension, but also between creation and destruction. When he saw this work, Michelangelo Pistoletto understood that the seemingly simple gesture contained all the power and ideology of the artist within it and that he should do the same: seek his purpose, his power and his technique.

“Les Ritals” thus presents Lucio Fontana’s works, from the same series Concetto Spaziale (Spatial Concept). The realization of one of them was documented through a video recording, a unique and rare document. It shows the perforation of a painting — a work of Jef Verheyen, one of Lucio Fontana’s friends — by the artist, in the house of the collector Louis Bogaerts in Knokke (Belgium).

A copy of the Manifesto Bianco, written in 1946, is also presented to continue to follow the links between the artists of the exhibition. Indeed, the Manifesto Bianco influenced Piero Manzoni (1933-1963) and his search for an absence of color through his “Achromes”. Shunning the goal of achieving white, the artist mainly tried to get rid of all forms of color in order to achieve this much coveted absence.

Lucio Fontana’s influence also played a role in the artistic practice of Carla Accardi (1924- 2014) with whom the artist spoke a lot. From 1965, Carla Accardi painted on Sicofoil — an industrial plastic material — which resembles Rhodoid which has tactile, visual, shimmering and transparent properties. The artist held this material which receives and diffuses light in a very particular way in her two-dimensional, but also three-dimensional, works. “Les Ritals” offers two examples of her pictorial research Senza Titolo (1967) and Assedio rosso N° 3 (1956). They mainly deal with the sign, which Carla Accardi worked with in some modular series within fluid and organic compositions also made of materials, colors and shapes.

Maurizio Cattelan (b. 1960) also underlines the idea that each artist follows the footsteps of his predecessors. An emblematic work of this major figure of contemporary art is part of the selection of “Les Ritals”. Among his influences, Maurizio Cattelan mentions Piero Manzoni. Two of his iconic works are presented: Merda d’artista (1961), a series of 90 hermetically sealed cans, with a label stating that the content is the artist’s excrement, and Linea m 19,11 (1959), which consists of a line drawn in ink on a roll of paper — of varying lengths — enclosed in a sealed cardboard box. These two works interrogate the faith placed in the artist’s words. They also question the object of art and prefigure conceptual art.

Maurizio Cattelan also mentions Michelangelo Pistoletto. The contemplation of a Quadro Specchiante (Mirror Painting) the work Autoritratto con occhiali gialli, 1973 (Self-portrait with yellow glasses, 1973) is at the origin of his artistic career. The characteristics of the artist’s Quadri Specchianti (Mirror Painting) are: the dimension of time, not only represented but actually active, and the introduction of the viewer into the work. The environment that surrounds him changes it into “the self-portrait of the world”. According to this concept of transmission, Michelangelo Pistoletto decided to introduce a quotation of Maurizio Cattelan in his practice by designing a new work. Tre bambini impiccati, 2004 Piazza XXIV Maggio, Milano di Maurizio Cattelan (Trois enfants pendus, 2004 Piazza XXIV Maggio , Milan by Maurizio Cattelan) has been realized for this exhibition. It is a depiction of Maurizio Cattelan’s public installation, presented in Milan in 2004, in collaboration with Fondazione Trussardi. Romualdo Roggeri notices: “We stop too often at the appearance of things without trying to understand the reason (…) There is no sign of suffering in the eyes of the three children, but their faces express an accusatory warning, as if to point the finger at the world of adults and its negative impact on the world of children and young people.”

From rupture to celebration, including criticism and provocation, the exhibition “Les Ritals” sheds light on the common points and the links between the works of these seven major artists. A personal and untold story of artistic camaraderie is told, where each artist represents both a revelation and an inspiration to the one before and the one after.


Avec la précieuse collaboration de : Cittadellarte – Fondazione Pistoletto: Michelangelo Pistoletto, Fondazione Piero Manzoni, Hauser & Wirth: Piero Manzoni, Perrotin: Maurizio Cattelan, Testa per Testa: Armando Testa, Tornabuoni Arte: Carla Accardi et Lucio Fontana

Galleria Continua a le plaisir d’annoncer le troisième volet de sa série d’expositions dédiées aux pays dans lesquels elle s’est installée. Après la France avec « À Bras Ouverts » et Cuba avec « La Brèche », l’Italie est mise en lumière avec « Les Ritals ».

Des œuvres de Filippo Tommaso Marinetti, Lucio Fontana, Armando Testa, Carla Accardi, Piero Manzoni, Michelangelo Pistoletto et Maurizio Cattelan sont réunies du 19 octobre 2021 au 12 janvier 2022 dans le nouvel espace de la galerie situé au cœur de Paris.

Le terme argotique « Rital » — référence aux vagues de l’immigration italienne en France au XXème siècle et à la connotation négative — renvoie aux origines communes des artistes présentés. Mais au-delà de ce lien évident et du dialogue entre différentes générations, le terme fait aussi allusion à la difficulté d’acceptation et au rejet. Incompréhension, répulsion, scandale… La réception des œuvres de ces précurseurs ne s’est pas déroulée sans heurt quelle que soit l’époque. La fracture engendrée par la nouveauté a marqué les esprits, mais aussi nourri l’inspiration, l’admiration, voire favorisé la rencontre de ces sept artistes en ouvrant de nouveaux sillons pour leurs successeurs.
L’histoire des « Ritals » de la Galleria Continua commence à l’aube du XXème siècle avec Filippo Tommaso Marinetti (1876-1944) lorsque le 20 février 1909, Le Figaro publie son Manifeste du Futurisme, texte fondateur du mouvement littéraire et artistique d’avant-garde du XXème siècle. L’artiste y expose un programme en onze points qui détaille les grands principes du Futurisme : faire table rase du passé, la vitesse, le progrès, la destruction des musées et des bibliothèques, la beauté du monde moderne et des machines. Ce manifeste devient ainsi l’une des sources fondamentales de la modernité.

L’importance des recherches plastiques et artistiques qui ont bercé cette modernité, ainsi que l’idée d’une transmission et d’un savoir est évoqué par Michelangelo Pistoletto (né en 1933). En fréquentant l’école publicitaire d’Armando Testa (1917-1992) l’artiste a précieusement retenu l’un de ses nombreux conseils: « Pour faire de la publicité tu dois tout connaître de l’art moderne ».

« Les Ritals » présente ainsi plusieurs œuvres de l’artiste dont le célèbre Uno e Mezzo (1960- 2020), une pièce représentative du goût d’Armando Testa pour la synthèse, qu’il résume ainsi : « Le mot ‘synthèse’ pour moi est une loi : que je peigne, que j’écrive ou que je parle. Je ne me lasserai jamais de citer la célèbre phrase de Mies Van der Rohe : “Less is more”. »

Le parcours de Michelangelo Pistoletto a par ailleurs été marqué par la rencontre fortuite avec une œuvre de Lucio Fontana (1899-1968) présentée lors de « Mostra in vetrina » (Exposition en vitrine) à Turin. Il s’agissait d’une de ses toiles perforées, issue de la série Concetto Spaziale (Concept Spatial), à travers lesquelles l’artiste renouvelle la méthode de réalisation traditionnelle d’un tableau. La surface de la toile ne sert plus à ajouter des couleurs, mais à soustraire, en perforant, en déchirant, ou, par la suite, en lacérant. L’artiste estompe la frontière entre la deuxième et la troisième dimension, mais aussi entre la création et la destruction. C’est en voyant cette œuvre que Michelangelo Pistoletto comprit que ce geste, à l’apparence si simple, renfermait en lui toute la puissance et l’idéologie de l’artiste et qu’il devait en faire autant : chercher sa raison, sa puissance et sa technique.

« Les Ritals » présente ainsi des œuvres de Lucio Fontana, issues de cette même série au titre de Concetto Spaziale (Concept Spatial), parmi lesquelles la seule toile, dont la réalisation a été documentée à travers un enregistrement vidéo. Réalisée à quatre mains, cette pièce est le résultat de la perforation par Lucio Fontana de l’œuvre de son ami Jef Verheyen, auteur de la peinture, dans la maison du collectionneur Louis Bogaerts à Knokke en Belgique. Parmi les réalisations de l’artiste, un exemplaire du Manifesto Bianco, rédigé en 1946, est présenté pour continuer à tisser le fil des différents liens entre les artistes de l’exposition. En effet, cet écrit a eu une influence considérable sur Piero Manzoni (1933-1963) et sa recherche d’une absence de couleurs au travers de ses « Achromes ».
Fuyant l’objectif d’atteindre le blanc, l’artiste tentait surtout de se débarrasser de toute forme de couleur afin d’atteindre cette absence tant convoitée.

L’influence de Lucio Fontana a également joué sur la pratique artistique de Carla Accardi (1924- 2014) avec laquelle l’artiste a beaucoup échangé. À partir de 1965, Carla Accardi peint sur Sicofoil — une matière plastique industrielle — qui s’apparente au rhodoïd et qui possède des propriétés à la fois tactile et visuelle, miroitante et transparente. L’artiste s’est emparée de cette matière qui reçoit et diffuse la lumière de manière très particulière dans ses œuvres en deux dimensions, mais également tridimensionnelles. « Les Ritals » propose un exemple de ses recherches plastiques Senza Titolo (1967) et une autre pièce Assedio rosso N°3 (1956) qui portent principalement sur le signe, qu’elle travaille dans des séries modulaires au sein de compositions fluides et organiques faites aussi de matières, de couleurs et de formes.

L’idée selon laquelle chaque artiste marche dans les pas de ceux qui l’ont précédé, est évoquée aussi par Maurizio Cattelan (né en 1960). Une œuvre emblématique de cette figure majeure de l’art contemporain fait partie de la sélection des œuvres des « Ritals ». Parmi ses influences, Maurizio Cattelan cite notamment Piero Manzoni. Deux œuvres iconiques de l’artiste sont présentées : Merda d’artista (1961), une série de quatre-vingt-dix boîtes de conserve, hermétiquement fermées, accompagnées d’une étiquette indiquant qu’elles contiennent des excréments de l’artiste, et Linea m 19,11 (1959), qui consiste en une ligne tracée à l’encre sur un rouleau de papier — de longueurs diverses — enfermé dans une boîte en carton scellée. Ces deux œuvres questionnent la confiance accordée à la parole de l’artiste et remettent aussi en question l’objet d’art tout en préfigurant l’art conceptuel.

Maurizio Cattelan mentionne par ailleurs Michelangelo Pistoletto, dont la contemplation d’un Quadro Specchiante (Tableau Miroir), l’œuvre Autoritratto con occhiali gialli, 1973 (Autoportrait avec lunette jaunes, 1973) serait à l’origine de sa carrière artistique. Les caractéristiques essentielles des Quadri Specchianti (Tableau Miroir) de l’artiste sont la dimension du temps, non seulement représentée, mais réellement active et l’introduction dans l’œuvre du spectateur et de l’environnement qui l’entoure, qui en font « l’autoportrait du monde ». Dans cette idée de transmission, Michelangelo Pistoletto décide à son tour d’introduire une citation du travail de Maurizio Cattelan dans sa pratique en concevant une nouvelle œuvre, réalisée pour cette exposition, intitulée Tre bambini impiccati, 2004 Piazza XXIV Maggio, Milano di Maurizio Cattelan (Trois enfants pendus, 2004 Piazza XXIV Maggio, Milan de Maurizio Cattelan). Il s’agit d’une représentation de l’installation publique que Maurizio Cattelan avait présenté à Milan en 2004 en collaboration avec la Fondazione Trussardi. Romualdo Roggeri écrit : « on s’arrête trop souvent à l’apparence des choses sans chercher à en comprendre la raison (…) il n’y a aucun signe de souffrance dans le regard des trois enfants, mais leurs visages renvoient un avertissement accusateur, comme pour pointer du doigt le monde des adultes et son impact négatif sur le monde des enfants et des jeunes. »

De la rupture à la célébration, en passant par la critique et la provocation, l’exposition met en exergue les points communs et les ponts entre les œuvres de ces sept artistes majeurs de l’art du XXème et du XXIème siècle. C’est un récit personnel et inédit de camaraderies artistiques qui est raconté, chaque artiste représentant à la fois une révélation et une inspiration pour celui qui l’a précédé et celui qui suivra.

Photo by: Oak Taylor-Smith. Courtesy: the artists and GALLERIA CONTINUA


more to explore:

 
 

By using GalleriesNow.net you agree to our use of cookies to enhance your experience. Close