Luc Tuymans: Eternity

, ,
Open: Tue-Sat 11am-7pm

108, rue Vieille du Temple, 75003, Paris, France
Open: Tue-Sat 11am-7pm


Visit    

Luc Tuymans: Eternity

to Sat 23 Jul 2022

Artist: Luc Tuymans

108, rue Vieille du Temple, 75003 Luc Tuymans: Eternity

Tue-Sat 11am-7pm


version française ici

David Zwirner presents Eternity, an exhibition of new paintings by Belgian artist Luc Tuymans on view at the gallery’s Paris location.

Extending his decades-long interrogation of images, in these works Tuymans calls attention to the history of painting and the medium’s inherent emphasis on illusion as an analogue for the growing sociopolitical dissolution of Western society, heightening the disjuncture between seeing and knowing that has become a hallmark of his practice. This is his fifteenth show with the gallery and the first solo exhibition of the celebrated artist’s work in Paris.

Tuymans is known for a distinctive style of painting that considers the power of images to simultaneously communicate and withhold. Emerging in the 1980s, the artist pioneered a decidedly non narrative approach to figurative painting, exploring instead the ways in which information can be layered and embedded within certain scenes and signifiers. Based on preexisting imagery culled from a variety of sources, his works are rendered in a muted palette that is suggestive of a blurry recollection or fading memory. Yet, their quiet and restrained appearance belies an underlying moral complexity that engages equally with questions of history and its representation as with quotidian subject matter. Tuymans’s canvases both undermine and reinvent traditional notions of monumentality through their insistence on the ambiguity of meaning.

The exhibition is introduced with the two-part work Gloves (2021), which at first appears nearly illegible, vaguely resembling a crime scene or laboratory. The source material in fact derives from a YouTube tutorial of a painter cleaning his brushes. Transposed into a palette reminiscent of celluloid film in the midst of a slow dissolve, the figure’s sports gloves and apron read almost as a butcher’s implements, tacitly proposing an equivalency with the role of the painter in the modern world.

Likewise, a series of four canvases with converging red and blue starbursts set against a plain white background recalls such varied points of reference as fireworks, viruses, or even any tricolor national flag. Though abstract, the pattern of the paintings has tangible meaning: they reproduce a visualization of data assembled by a team of researchers tracking the polarization of the US Congress over six decades. From this group Tuymans has selected four years that span the project—1951, 1967, 1989, and 2011. While the earlier canvases show Democrats (represented in blue) and Republicans (in red) connected by swaths of gray (denoting bipartisan collaboration), over time, as the country moves toward a strictly partisan government, the gray areas disappear and the blue and red stand starkly apart. In his re-presentations, Tuymans has rotated the infographics ninety degrees, offering a different, monumental perspective on the meaning of this imagery.

Among the most vibrantly colored works in Tuymans’s oeuvre to date, the painting Eternity (2021), from which the exhibition takes its name, features a spherical form that presents as a luminous field of pure color akin to the compositions of Mark Rothko or Kenneth Noland. However, the dome’s imperfect, pocked surface suggests a real-world referent, in this case the glass dome made by Werner Heisenberg in his laboratory to model hydrogen bomb explosions. A pioneering theoretical physicist, Heisenberg led the German effort to produce atomic weapons during World War II, though it remains unclear whether he helped or hindered this cause. Tuymans has frequently referenced traumatic history in his work; however, the subject of such paintings is not these atrocities themselves but rather the way in which they are integrated into the historical narrative, as well as into collective memory, through images that have the potential to be indeterminate, multivalent, and ultimately revealing of an underlying glimpse of humanity, here literally foregrounding beauty in destruction.

Two paintings ground the exhibition specifically in France, emphasizing the interconnected nature of global politics and current events. A human-scaled silhouette immediately recognizable as the title figure from Jean-François Millet’s 1850 painting Le semeur (The Sower), a paean to the crucial role of peasants in nineteenth-century post revolutionary France, is rendered in an unnatural blue palette. A gently curving line just above the figure’s head reveals the work as a reproduction of a commercially manufactured plate marketed to tourists. Similarly, a closely cropped portrait of the face of Fantômas, a fictional criminal genius who first appeared as the subject of popular serialized novels in 1911, focuses on his signature blue mask and piercing stare, a depiction debuted in the 1960s that lent the evil-doing character an alien appearance.

Another group of works stands in for the slippage of empirical knowledge, highlighting contemporary notations of opulence and their eventual decay. These include a gilded trompe l’oeil library lit so brightly that it is on the verge of disappearing, a faux castle built as a nostalgia-infused home, a monumentally scaled pile of decaying peaches that are pictorially closer to Cézanne’s paintings of skulls than fruit, and a still from the 1962 Soviet film Planeta Bur (Planet of Storms), in which cosmonauts search for human life on Venus. Also on view will be a rare self-portrait, depicting Tuymans treading water in the sea, looking distractedly out into the distance. Floating aimlessly in the water, his body is refracted within the lapping waves, offering a sense of existential ambivalence in the face of a vast unknown.

Born in 1958 in Mortsel, Belgium, Luc Tuymans is one of the most important painters of his generation. His first major museum presentations were held in 1990 at the Provinciaal Museum voor Moderne Kunst, Ostend, Belgium, and the Vereniging voor het Museum van Hedendaagse Kunst, Ghent. In 1992, the artist participated in Documenta IX in Kassel, in addition to having a solo exhibition at Kunsthalle Bern, which helped cement his growing reputation in Europe. In 1994, Luc Tuymans: Superstition debuted at Portikus, Frankfurt, and traveled to David Zwirner, New York; the Art Gallery of York University, Toronto; The Renaissance Society at the University of Chicago; the Institute of Contemporary Arts, London; and Goldie Paley Gallery, Moore College of Art & Design, Philadelphia, establishing him as a major influential artist abroad. In 2001, the artist represented Belgium at the Venice Biennale to great acclaim.

Tuymans has been featured in numerous solo exhibitions at prestigious institutions worldwide. Major presentations of his work include those held at Palazzo Grassi, Venice (2019); De Pont Museum, Tilburg, The Netherlands (2019); Museum aan de Stroom (MAS), Antwerp (2016), which traveled to the National Portrait Gallery, London (2016); Qatar Museums Gallery – Al Riwaq, Doha (2015); the Wexner Center for the Arts, Columbus, Ohio (2009), which traveled to San Francisco Museum of Modern Art, Dallas Museum of Art, Museum of Contemporary Art Chicago, and BOZAR – Palais des Beaux-Arts, Brussels; and Tate Modern, London (2004), which traveled to K21 Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf.

Tuymans has received numerous awards and honors, including the Medal of Honor, International Congress of Contemporary Painting (ICOCEP), Porto, Portugal (2019); the Coutts Contemporary Art Foundation Award, Zurich (2000); and the Flemish Culture Award for Visual Arts (1993). His works are featured in museum collections worldwide, including the Art Institute of Chicago; Centre Georges Pompidou, Paris; Fondazione Prada, Milan; Los Angeles County Museum of Art; The Museum of Modern Art, New York; National Gallery of Art, Washington, DC; The National Museum of Art, Osaka; Pinakothek der Moderne, Munich; Pinault Collection; Solomon R. Guggenheim Museum, New York; San Francisco Museum of Modern Art; and Tate, London.

Tuymans’s catalogue raisonné of paintings, from 1972 to 2018, is available from David Zwirner Books and Yale University Press. The three volumes feature full-color images and documentation of more than five hundred paintings.

Tuymans has been represented by David Zwirner since 1994. He lives and works in Antwerp.


David Zwirner a le plaisir de présenter Eternity, une exposition de peintures inédites de Luc Tuymans dans les espaces de la galerie de Paris. L’artiste belge y présente ses travaux les plus récents, dans la continuité de sa longue exploration critique de la notion d’image : par rapport à l’histoire de la peinture en général, mais aussi vis-à-vis de l’un des enjeux inhérents au médium, l’illusion, analogie potentielle de l’idée d’une certaine déréliction sociopolitique touchant toujours plus les sociétés occidentales. Quinzième collaboration entre la galerie et l’artiste, Eternity est aussi sa première exposition personnelle à Paris et donc l’opportunité de mettre au jour le rapport ambigu et changeant entre « voir » et « savoir » qu’interroge sa pratique artistique depuis plusieurs décennies.

Luc Tuymans est aujourd’hui connu et reconnu de toutes et tous pour l’esthétique singulière que déploient ses peintures exploitant la double puissance des images, à la fois expressives et énigmatiques. Depuis ses débuts dans les années 1980, l’artiste invente et défend une approche personnelle de la peinture figurative, s’éloignant résolument de la notion de narration pour lui préférer l’expérimentation autour des diverses façons d’incorporer de l’information dans telle ou telle scène, motif ou symbole. Maniant et combinant différentes couches de signification, différents imaginaires préétablis issus de sources variées, l’artiste emploie une palette restreinte et parfois terne en apparence, comme si ses œuvres procédaient de réminiscences floues, de souvenirs confus, d’une mémoire chancelante. Pourtant, sous cette relative absence d’éclat couve la flamme de questions morales complexes et épineuses que l’artiste soulève vis-à-vis de l’histoire et de ses représentations traditionnelles, mais aussi de la vie quotidienne et de sa banalité. Face aux notions classiques que mobilisent l’histoire, la mémorialisation et le monument, chaque toile de Luc Tuymans entreprend simultanément un travail de sape et de renouvellement, s’affrontant sans relâche à l’ambiguïté de toute signification.

L’exposition s’ouvre par la présentation d’un diptyque, Gloves (2021), d’aspect indéchiffrable ou presque à première vue. L’ensemble rappelle vaguement une scène de crime ou un laboratoire, mais s’inspire en réalité d’un tutoriel vidéo, glané sur YouTube, montrant un peintre qui nettoie ses pinceaux. Un tablier et des gants de travail ou de sport deviennent, par le truchement de couleurs évoquant celles d’une pellicule de celluloïd se dégradant petit à petit, quasiment l’équivalent d’instruments de boucherie – offrant une comparaison implicite mais puissante avec le rôle des peintres à l’époque contemporaine.

De même, une série de quatre peintures dans lesquelles, sur un simple fond blanc uniforme, semblent exploser des étoiles bleues ou rouges, fait venir à l’esprit plusieurs références : feux d’artifice, prolifération virale ou encore n’importe quel drapeau national tricolore. Au-delà de l’abstraction qui semble caractériser le motif, les tableaux sont bel et bien ancrés dans le réel, puisqu’ils reprennent le travail d’équipes de chercheurs voulant représenter visuellement les données relatives à la polarisation du Congrès états-unien sur plus de six décennies. Le peintre a sélectionné quatre années qui jalonnent l’ensemble de cette étude au long cours : 1951, 1967, 1989 et 2011. À mesure que l’on progresse dans le temps, on voit s’estomper les traînées grises qui signalent des collaborations et échanges entre les deux partis : ainsi la couleur bleue du parti démocrate finit-elle par nettement s’opposer au rouge du parti républicain, dénotant l’évolution politique du pays vers des positions partisanes de plus en plus irréconciliables. Luc Tuymans applique une rotation à quatre-vingt-dix degrés aux données infographiques, dans une « re-présentation » alternative qui joue avec l’idée de monumentalité comme avec la signification de ce genre d’images.

Le tableau qui donne son titre à l’exposition, Eternity (2021), compte certainement parmi les toiles les plus hautes en couleur dans l’œuvre entière du peintre. On y voit une forme sphérique, lumineuse, traitée comme un champ de couleur pure, rappelant les compositions de Mark Rothko ou Kenneth Noland. Mais à y regarder de plus près, les contours irréguliers et la surface imparfaite de la sphère font signe vers un référent réel : ici, le récipient de verre mis au point par Werner Heisenberg pour reproduire, dans son laboratoire, l’explosion d’une bombe à hydrogène. Le physicien et chercheur allemand de génie était l’un des fers de lance de l’effort du IIIe Reich pour obtenir des armes atomiques pendant la Seconde Guerre mondiale – on ne sait toujours pas aujourd’hui dans quelle mesure il a encouragé ou au contraire freiné ce projet. Luc Tuymans a souvent fait référence à des pages sombres ou traumatiques de l’histoire, mais ses œuvres ne prennent pas directement pour sujet telle ou telle atrocité. Il s’agit plutôt de mettre en lumière les façons dont elles sont incorporées dans le récit historique et dans la mémoire collective, à travers des images qui se révèlent potentiellement indéfinissables, polymorphes et toujours porteuses en fin de compte d’une part d’humanité, aussi infime soit-elle – ainsi l’artiste met-il ici au premier plan la part de beauté que porte la destruction.

Deux œuvres en particulier tissent une connexion tangible avec la France, soulignant l’étroite interrelation de l’actualité et des enjeux géopolitiques. Malgré l’emploi d’un camaïeu de bleus bien peu naturel et les dimensions à taille humaine du tableau, on devine instantanément dans la silhouette de After le protagoniste du Semeur, peinture de 1850 de Jean-François Millet, hommage au rôle crucial des paysans dans la France post-révolutionnaire du XIXe siècle. La courbe qui figure juste au-dessus de la silhouette suggère que Luc Tuymans réplique les reproductions industrielles sur assiette émaillées, destinées aux touristes, du tableau originel. Sur le même mode, Fantômas consiste en un gros plan du visage du génie criminel dont les exploits furent publiés en feuilleton dès 1911 : ici, c’est l’apparence emblématique qu’il revêt à partir des années 1960 qui est mise à l’honneur, ses yeux perçants et son masque bleu donnant au personnage maléfique l’aspect d’un extraterrestre.

D’autres œuvres travaillent les dérapages ou les manques du savoir empirique, tournant en dérision certains marqueurs contemporains de l’opulence et leur déclin inéluctable. On trouve par exemple dans l’exposition un trompe-l’œil doré figurant une bibliothèque, éclairée si violemment qu’elle semble sur le point de disparaître ; la représentation d’une maison construite telle un château, éminemment cliché et nostalgique ; une toile aux dimensions monumentales figurant une pile de pêches pourrissantes, qui rappellent plutôt les crânes de Paul Cézanne que ses fruits ; ou encore une variation sur un photogramme du film soviétique Planeta Bur (La Planète des tempêtes, 1962), dans lequel des spationautes cherchent des traces de vie humaine sur Vénus. Enfin peut-on contempler l’un des rares autoportraits de l’artiste : il s’y représente en train de barboter dans la mer, le regard perdu vers le lointain. Il semble flotter distraitement, nonchalamment, son corps se reflétant dans les vagues qui déferlent autour de lui, comme s’il incarnait une certaine ambivalence existentielle ou ce que l’on ressent face à l’immensité de l’inconnu.

Né en 1958 à Mortsel, en Belgique, Luc Tuymans est l’un des peintres les plus importants de sa génération. C’est en 1990, en Belgique, que ses œuvres sont pour la première fois présentées au sein d’institutions muséales, au Provinciaal Museum voor Moderne Kunst d’Ostende, puis au Vereniging voor het Museum van Hedendaagse Kunst de Gand. En 1992, l’artiste prend part à la documenta IX de Cassel et présente une exposition personnelle à la Kunsthalle de Berne, consolidant sa réputation grandissante en Europe. En 1994, l’exposition Luc Tuymans: Superstition est présentée à Portikus à Francfort, avant d’être reprise chez David Zwirner, New York, l’Art Gallery of York University de Toronto, la Renaissance Society de l’Université de Chicago, l’Institute of Contemporary Arts de Londres et la Goldie Paley Gallery du Moore College of Art & Design de Philadelphie, ce qui confirme son statut d’artiste international d’envergure. En 2001, l’artiste représente la Belgique à la Biennale de Venise, s’attirant des critiques élogieuses.

Luc Tuymans a présenté de nombreuses expositions personnelles à travers le monde et à l’invitation d’institutions de tout premier plan. Parmi celles-ci, mentionnons le Palazzo Grassi, Venise (2019) ; le De Pont Museum, Tilbourg, Pays-Bas (2019) ; le Museum aan de Stroom (MAS), Anvers (2016), exposition reprise à la National Portrait Gallery, Londres (2016) ; la Qatar Museums Gallery – Al Riwaq, Doha (2015) ; le Wexner Center for the Arts, Columbus, Ohio (2009), exposition reprise au San Francisco Museum of Modern Art, au Dallas Museum of Art, au Museum of Contemporary Art Chicago et au Bozar – Palais des Beaux-Arts, Bruxelles ; ou encore la Tate Modern, Londres (2004), exposition reprise au K21 Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf.

Luc Tuymans a été lauréat de nombreux prix et distinctions, notamment la Médaille d’honneur
du Congrès international de la peinture contemporaine européenne (ICOCEP), Porto, Portugal (2019) ; le Prix de la Coutts Contemporary Arts Foundation, Zurich (2000) ; ou encore le Prix de la Communauté flamande pour les arts visuels (1993). Ses œuvres figurent dans les collections d’institutions muséales tout autour du monde tels l’Art Institute de Chicago, le Centre Pompidou de Paris, la Fondazione Prada de Milan, le Los Angeles County Museum of Art, le Museum of Modern Art de New York, la National Gallery of Art de Washington, le National Museum of Art d’Osaka, la Pinakothek der Moderne de Munich, la Bourse de commerce – Pinault Collection, le Solomon R. Guggenheim Museum de New York, le San Francisco Museum of Modern Art ou encore la Tate Modern de Londres.

Le catalogue raisonné des tableaux de Luc Tuymans de 1972 à 2018 a été publié en trois volumes par David Zwirner Books et Yale University Press. Il comprend des reproductions en quadrichromie
et des informations détaillées de plus de cinq cents œuvres.

Luc Tuymans est représenté par la Galerie David Zwirner depuis 1994. Il vit et travaille à Anvers.

all images © the gallery and the artist(s)


more to explore:

 
 

By using GalleriesNow.net you agree to our use of cookies to enhance your experience. Close